Préambule

Parcours atypique, plongé dans la photographie dès la prime enfance, j'ai eu la tentation quand l'heure fût venue de choisir mon métier d'opter pour la photo, nous étions au début des années 80. J’allais faire mes classes photographiant les habitués de mes bars préférés, les évènements sportifs et même m’attaquer à la photo de presse. Entré dans le monde de la photo professionnelle par la porte du reportage, je me suis rapidement orienté par goût vers le portrait en studio, discipline qui me laissait une certaine latitude au niveau de la créativité.

 

J'avoue m’être senti très mal à l’aise dans la peau d'un artisan, à la créativité bridée par la volonté de ses clients. Victime d’une conjoncture défavorable, j’allais quelques années plus tard abandonner à regret ce métier, et ne plus pratiquer la photo qu’à titre privé.

 

L’avènement du numérique, il y a une quinzaine d’années allait me faire redécouvrir le plaisir de photographier, mais cette fois sans la moindre contrainte, sans charges professionnelles à honorer, mais surtout sans avoir de client à satisfaire.

 

Ce plaisir fût intense, d'autant plus que j'ai pu le concilier avec mon autre passion la flânerie à la façon d'un Jean-Jacques Rousseau ou d'un peintre romantique. Et ce n’est pas par hasard que je vénère des artistes du XIX siècle comme J.M.W. Turner mais aussi comme les membres de la Confrérie Préraphaélite (Millais, Rossetti, Hunt et leurs disciples).

 

Aussi, et c'est l'objet de ce partage, je me propose de vous faire partager les émotions que j'ai ressenties lors de mes balades, flânerie, voyages et randonnées. Et comme j'ai la chance de vivre en Corse et de me rendre de temps à autre en Grande-Bretagne, c'est mon amour pour ces deux iles que je chercherai à vous transmettre.

 

Thierry Tramoni